top of page

Casses de Dikolo: fin ce jour de la mission de la commission ad hoc



Créée le 30 mai 2022, elle était chargée d’examiner en 30 jours, les requêtes des victimes du déguerpissement de ce site où est projetée la construction d’un hôtel.


Elle prend en principe fin ce 30 juin. Créée le 30 mai dernier par le gouverneur du Littoral, la commission ad hoc chargée d’examiner les requêtes des victimes du déguerpissement de Dikolo, Bali, avait 30 jours. La copie doit être remise ce jour au gouverneur Samuel Ivaha Diboua, qui le transmettra à la haute hiérarchie pour appréciation.


La commission avait pour mission d’examiner le statut juridique de chaque déguerpi, définir les limites de Déclaration d’utilité publique (DUP) conformément au décret du 9 janvier 2020, recenser toutes les victimes collatérales et évaluer les pertes correspondantes. Présidée par le secrétaire général des services du gouverneur du Littoral, cette commission était composée des responsables de diverses administrations, élus locaux, victimes, investisseur, autorités traditionnelles et société civile.


Cette commission est relative à l’affaire «Dikolo», du nom du quartier Bali, dans l’arrondissement de Douala 1er, dont des biens meubles et immeubles ont été détruits le 14 mai dernier par les autorités. C’est dans le cadre du projet de construction de l’hôtel Marriott de Douala par un investisseur sur une superficie théorique de 2ha, 63a, 30ca.


Mais ces casses spectaculaires ont provoqué un tollé dans l’opinion, et une tension au sein de la Communauté Sawa, qui ont conduit les autorités à ordonner l’arrêt des travaux engagés par le promoteur, et instituer cette commission pour baisser les tensions, en attendant des solutions pérennes et bénéfiques pour toutes les parties.

17 vues0 commentaire

Comments


bottom of page