top of page

CAN-2022 : l'Égypte a une revanche à prendre sur le Cameroun dans ce "clasico" d'Afrique



Remake de la finale de la CAN-2017, la deuxième demi-finale de la Coupe d'Afrique des nations voit s'affronter le Cameroun et l'Égypte. Ce sera la 11e rencontre à la CAN entre les Pharaons et les Lions indomptables, un record.


Il est un peu moins de 22 h, le 5 février 2017. L'attaquant camerounais Vincent Aboubakar contrôle un long ballon et fusille le gardien égyptien en finale de la CAN. Un but à la 88e minute qui offre au Cameroun sa cinquième Coupe d'Afrique sous le regard impuissant de Mohamed Salah.


Cinq ans plus tard, les deux sélections ont de nouveau rendez-vous, cette fois pour la demi-finale de la CAN-2022, au stade d'Olembé, à Yaoundé. Vincent Aboubakar et Mohamed Salah sont désormais capitaines de leur équipe, chacun en mission pour ramener le trophée. D'ailleurs, preuve de leur importance, depuis début 2017, aucun joueur n'a été impliqué dans plus de buts (9) en Coupe d'Afrique des Nations que l’attaquant de l’Égypte Mohamed Salah (6 buts, 3 passes décisives ) et celui du Cameroun Vincent Aboubakar (7 buts, 2 passes décisives).


Une affiche de gala puisqu'au coup d'envoi à 20 heures, jeudi 3 février, il n'y aura en théorie pas moins de 12 sacres cumulés sur le terrain : 7 pour l'Égypte et 5 pour le Cameroun. L'ancienne star des Lions indomptables devenu président de la fédération camerounaise, Samuel Eto'o, a donné le ton dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux. Il est martial.



"Préparez-vous parce que ce sera la guerre ! La guerre les gars ! C'est comme ça qu'on devrait aborder ce match ! La guerre ! Vous ne pouvez pas laisser passer cette occasion pour voir cette lumière... Impossible les gars", a lancé Samuel Eto'o dans les vestiaires des Lions indomptables.


Un "mauvais message"


Une déclaration de guerre qu'a peu goûté le sélectionneur de l'Égypte Carlos Queiroz : "C'est un très mauvais message pour les gens du Cameroun (...) Je pense qu'Eto'o oublie que des Camerounais sont morts (huit d'entre eux, NDLR) sont morts au stade il y a quelques jours", en référence à la bousculade meurtrière avant le huitième de finale du pays hôte contre les Comores.


Pour le sélectionneur de l'Égypte, cette phrase est "très, très malheureuse, parce que le football ce n'est pas la guerre, c'est la fête, la joie, le bonheur".


"Nous sommes ici pour rendre les gens heureux, pas pour les tuer, alors lancer l'équipe du Cameroun dans une guerre contre nous, c'est un commentaire que je laisse entre les mains de la CAF (Confédération africaine de football), parce que c'est carton rouge", a-t-il menacé.


L'Égypte excelle tactiquement


Le sélectionneur portugais, passé par le Real Madrid, préfère ramener le débat sur le terrain. Un terrain où il excelle. Les débats pendant la phase de poules sur le manque de lisibilité de sa tactique semble loin. Depuis le début de la phase à élimination directe, les observateurs ont compris une chose : cette Égypte sait faire déjouer son adversaire, elle est même faite pour ça.


En huitième de finale, elle a ainsi réduit à l'impuissance le milieu de terrain et la l'impressionnante ligne d'attaque de la Côte d'Ivoire, avant de l'emporter aux penaltys. Au tour suivant, c'est le Maroc de Vahid Halilhodzic qui en fut la victime, forcé de mener un combat physique pendant 120 minutes. La jeune équipe marocaine n'était pas prête pour le vice égyptien.


La part portugaise du sélectionneur l'entraîne à saluer son adversaire et compatriote Toni Conceiçao, coach des Lions Indomptables : "Un chouette gars, de la vieille génération d'entraîneurs portugais, comme moi".


"Il fait un travail brillant ici au Cameroun, souligne Queiroz, en ami et collègue je lui souhaite le meilleur pour tous les matches qu'il va jouer dans sa vie... sauf le prochain !"


Une attaque camerounaise en feu


Du côté du Cameroun, on compte évidemment sur la maestria de Karl Toko Ekambi et Vincent Aboubakar, tout simplement les deux meilleurs buteurs actuels de la compétition (respectivement 5 et 6 buts).


Toni Conceiçao, peut aussi compter sur l'état de fraîcheur des Lions indomptables : à domicile, dans des conditions idéales, ils s'épuisent moins que leurs adversaires qui ont, en plus, déjà disputé deux longues prolongations.


Le Cameroun peut donc croire en ses chances d'accéder à la finale. Par le passé, il a gagné 7 des 9 finales auxquelles il a participé. Mais une seule équipe a fait mieux avec 8 victoires : l'Égypte...

8 vues0 commentaire

Коментари


bottom of page