top of page
  • Photo du rédacteurRFI

Guerre en Ukraine: les premières sanctions de la Fifa ne font pas l'unanimité



La Fédération internationale de football (Fifa) a imposé dimanche à la Russie de jouer ses matches sous bannière neutre et de disputer ses rencontres à domicile hors de son territoire, suite à l'invasion de l'Ukraine. Une décision déjà rejetée par la Pologne, prochain adversaire de la Russie.


L'hymne et le drapeau russes seront par ailleurs bannis des compétitions internationales, a annoncé la Fifa, qui se réserve le droit de prendre « des sanctions additionnelles, y compris une exclusion potentielle des compétitions », alors que l'exclusion des Russes du Mondial 2022 a été évoquée ces dernières heures, notamment par la Fédération française (FFF).


Pour participer aux compétitions internationales, notamment aux barrages du Mondial 2022 prévues fin mars, la Russie devra le faire sous le nom de la « Fédération russe de football » (RFU), précise l'instance dirigée par Gianni Infantino.


La Pologne, la République tchèque et la Suède refusent de jouer contre la Russie


Ces décisions, attendues par le monde sportif depuis plusieurs jours, ont été prises « à l'unanimité » par le bureau du Conseil de la Fifa, précise l'instance. Elles font toutefois planer le doute sur le sort des barrages du Mondial, fin mars, car la Pologne, qui doit affronter la Russie le 24, a prévenu qu'elle refuserait de disputer la rencontre.


Cette « décision est totalement inacceptable. Cela ne nous intéresse pas de participer à ce match d'apparences. L'équipe nationale de Pologne ne VA PAS JOUER contre la Russie, peu importe le nom de l'équipe », a immédiatement réagi sur Twitter Cezary Kulesza, président de la Fédération polonaise.


La Suède et la République tchèque, qui pourraient aussi devoir défier les Russes quelques jours plus tard en finale de ces barrages, ont fait de même. La Fédération tchèque a annoncé dimanche qu'elle ne « changerait pas » d'avis sur son refus d'affronter la Russie. La Fédération suédoise a également dit « niet ». « Nous avons fait savoir précédemment que nous ne voulions pas affronter (la Russie) dans ces circonstances » de l'invasion russe de l'Ukraine, « et cela reste le cas jusqu'à nouvel ordre », a déclaré le président de la fédération Karl-Erik Nilsson dans une déclaration aux médias, se disant « mécontent » de la décision de la Fifa.


La FFF n’est pas contre une exclusion du Mondial 2022


La Fifa « a pris bonne note » de ces positions et a « engagé le dialogue » avec les fédérations concernées, dans le but de « trouver des solutions appropriées et acceptables ».


Noël Le Graët, le président de la Fédération française, celle des champions du monde 2018, a affirmé dimanche qu'il ne s'opposerait pas à une exclusion russe de la Coupe du monde. Et la Fédération anglaise a annoncé dans la soirée qu'elle boycotterait tous les matches contre la Russie dans « un futur proche ».

3 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page