top of page

CAN-2022 : la colère des familles après la bousculade au stade d'Olembé



La Confédération africaine de football (CAF) a exigé du Cameroun une enquête approfondie après la bousculade qui a fait huit morts à l'entrée du grand stade d'Olembé de Yaoundé. Nos correspondants se sont rendus auprès des familles des victimes.


Recluse dans sa maison d'un quartier de Yaoundé, Rosalie est inconsolable depuis la disparition de son époux. Moise, 65 ans, ancien fonctionnaire à la retraite était allé encourager l'équipe du Cameroun face au Comores lors des huitièmes de finale de la Coupe d'Afrique des nations 2022. Il a perdu la vie lors d'une bousculade mortelle devant le stade d'Olembe le soir du 24 janvier.


"Mon mari n'était pas seulement mon mari, c'était mon copain, mon ami, mon tout. Il est parti au stade. Certes lui et moi on s'est vus le matin, mais je ne l'ai plus revu jusqu'au jour d'aujourd'hui à cause du football", raconte-elle.


L'accident a fait plusieurs morts et des dizaines de blessés qui ont été pris en charge dans plusieurs hôpitaux de Yaoundé. Dans les chambres, le directeur Pierre Fouda rend visite comme chaque jour aux sept patients dont ses services s'occupent. "Quand ils sont arrivés, beaucoup avaient des problèmes de contusion. Certains s'étaient vu marcher dessus. Je peux dire aujourd'hui qu'ils sont hors de danger", explique le médecin.


"C'était pas une fatalité"


Hors de danger, mais pas encore remis du traumatisme de cette bousculade, une victime qui a requis l'anonymat se souvient : "Lorsque ça s'est passé, on m'a marché dessus, j'avais le ventre au sol et il y avait les gens qui marchaient sur moi, j'étais étouffé".


Le drame soulève désormais de nombreuses interrogations notamment sur la responsabilité de la sécurité à l'entrée du stade d'Olembe. Moussa Njoya, l'ami d'une victime, souhaite que justice soit faite : "Presque chaque fois que les lions ont joué à Yaoundé, elle avait toujours été au stade. C'est un choc, c'est un choc, surtout qu'on a l'impression qu'il y avait tous les moyens pour éviter cela. C'était pas une fatalité, c'était pas quelque chose d'imprévisible".


Selon les autorités, une enquête est en cours pour établir les responsabilités lors de la tragédie. Les matchs de la compétition dans le polémique stade d'Olembe ont été suspendus jusqu'à nouvel ordre par la CAF.

11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page