top of page
  • Photo du rédacteurRFI

Cameroun: mort de John Fru Ndi, opposant historique au président Paul Biya

Au Cameroun, mort ce 12 juin 2023 à Yaoundé de l'homme politique John Fru Ndi, opposant historique au président Paul Biya qui a marqué « les années de braise » au début des années 1990. Le leader du Social Democratic Front (SDF) est décédé à l'âge de 81 ans, a annoncé le SDF. Le congrès de son parti, les 28, 29 et 30 juillet 2023, devait acter son retrait définitif de la vie politique. Portrait.



Ce libraire anglophone incarne dans la décennie 1990 l'opposition radicale au président Paul Biya. John Fru Ndi naît en 1941 à Baba II, un village du Mezam, près de Bamenda, dans l'actuelle région du Nord-Ouest, qui est, à l'époque, le Northern Cameroon, un territoire administré par le Royaume-Uni sous mandat de la Société des Nations.


Parti étudier au Nigeria, il revient à Bamenda où il exerce plusieurs professions dont celle de libraire. À la fin des années 1980, il fait ses premières armes en politique sur une liste RDPC, à l'époque parti unique.


Il a presque 50 ans quand il participe à la création du Social Democratic Front (SDF). Il n'est pas le premier choix, mais accepte d'en prendre la présidence, malgré les risques. Le 26 mai 1990, à Bamenda, le rassemblement inaugural du nouveau parti est réprimé dans le sang.

John Fru Ndi se forge l'image d'un leader courageux qui ne recule pas. Son aura dépasse alors les régions anglophones. Il devient populaire dans les régions de l'Ouest et du Littoral où se trouve la capitale économique Douala.


Deuxième de la présidentielle 1992


Durant les années 1990 et 1991, marquées par le mouvement des villes mortes, jusqu'à la première présidentielle pluraliste de 1992, il représente l'espoir pour ceux qui veulent le changement autour du slogan « Biya must go / Biya doit partir ».


Déclaré perdant, John Fru Ndi conteste les chiffres officiels qui le donnent second. Il boycotte la présidentielle de 1997, se présente à nouveau contre Paul Biya en 2004. Puis, une nouvelle fois, en 2011, sa dernière campagne.


Au fil des ans et de choix contestés au sein de sa formation et de sa base électorale, son poids politique s'étiole.


Parce qu'il veut dialoguer avec le pouvoir, parce qu'il veut être le leader officiel de l'opposition, « le chairman » n'est plus perçu comme assez radical. Des militants se déportent vers le MRC. La crise anglophone vient perturber la mobilisation dans le bassin d'électeurs du SDF.


John Fru Ndi a gardé la tête de son parti durant 33 ans, jusqu'à sa mort. Il s'éteint sans avoir connu le changement auquel il aspirait à la tête de son pays.



15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

תגובות


bottom of page