top of page

2024 sera une année électorale : 76 pays voteront


Photo de Getty Images

2024 est « la plus grande année électorale de l’histoire », comme le titrait récemment l’hebdomadaire britannique de référence Economist. Voici un aperçu.


Plus de 4 milliards de personnes, soit plus de la moitié de la population mondiale, seront appelés à voter dans 76 pays : donc pas seulement pour les renouvellements attendus du Parlement européen en juin, et de la présidence américaine en novembre ou celui, un peu moins démocratique et plus blindé et plus prévisible que le leader du Kremlin en Russie, en mars. Même si, comme le souligne The Economist lui-même, "plus de gens voteront en 2024 que lors de n'importe quelle année précédente", "cette grande marche vers les urnes ne signifie pas nécessairement une explosion de la démocratie".


Où est-ce qu'on vote en 2024


La liste complète des événements électoraux pour l'année à venir concerne 76 pays dans lesquels tous les électeurs auront la possibilité de voter. Si dans 43 d'entre eux, selon les évaluations de l'EIU (Economist Intelligence Unit), des votes pleinement libres et équitables auront lieu (y compris tous les membres de l'UE), 28 autres ne remplissent pas les conditions essentielles pour un vote démocratique. Huit des dix pays les plus peuplés du monde – le Bangladesh, le Brésil, l'Inde, l'Indonésie, le Mexique, le Pakistan, la Russie et les États-Unis – organiseront des élections en 2024. Dans la moitié de ces pays, les élections ne sont ni libres ni équitables et de nombreuses autres conditions préalables à la démocratie, comme la liberté d’expression et d’association, sont absentes. Les élections au Bangladesh, au Mexique, au Pakistan et en Russie ne mèneront certainement pas à un changement de régime.



Les électeurs de plus de 20 pays d’Europe élargie, 16 d’Afrique, 11 d’Amérique, 11 d’Asie (et même 4 d’Océanie, dont l’Australie, votant dans trois de ses États) voteront. Dans la plupart des pays, il s'agit d'élections générales, pour renouveler les assemblées législatives ou le président ou les deux ; mais il existe également de nombreuses élections locales (par exemple en Autriche, en Allemagne, en Irlande, en Turquie, au Brésil, au Canada et en Inde). En Europe, outre le Parlement européen, ceux de l'Autriche, de la Belgique, de la Croatie, de la Lituanie, du Portugal et de la Roumanie seront également renouvelés, de nouveaux présidents seront élus en Croatie, en Finlande, en Lituanie, en Roumanie et en Slovaquie.


Plus à l’est, des élections sont prévues en Azerbaïdjan (présidentielle), en Biélorussie (parlementaire), en Géorgie (les deux), en Moldavie (présidentielle), en Macédoine du Nord (les deux), en Russie (présidentielle et régionale) ; Le Royaume-Uni vote également (localement), mais renouvellera son Parlement et son gouvernement début 2025, tandis que l'Islande a des élections présidentielles prévues en juin. Quant aux élections présidentielles en Ukraine, le président sortant Volodymyr Zelensky n'a pas exclu de les organiser malgré la loi martiale en vigueur depuis près de deux ans qui l'interdit. Une élection qui se déroule alors que de vastes régions du pays sont sous occupation russe et que des millions d’Ukrainiens sont déplacés de leurs foyers ne pourra jamais être véritablement libre ou équitable ; mais si le vote réussissait, ce serait une démonstration de résistance aux tentatives de la Russie d'écraser l'indépendance de l'Ukraine, tandis qu'à l'inverse, s'il y avait des irrégularités, les élections constitueraient une menace pour les efforts de l'Ukraine pour adhérer à l'UE et être reconnue comme une démocratie à part entière.


Sur le continent américain, la scène est dominée par le vote du 5 novembre pour le prochain leader de la Maison Blanche, mais aussi pour le renouvellement de l'ensemble de la Chambre des représentants et d'un tiers du Sénat. Un deuxième défi s'annonce entre le président sortant Joe Biden et son prédécesseur Donald Trump, qui est cependant accusé d'avoir contesté la victoire de Biden en 2020 et d'avoir incité ses partisans les plus extrémistes le 6 janvier 2021, lorsqu'ils ont envahi le Capitole pour entraver l'installation de nouveaux membres du Congrès. Mais en 2024, le Venezuela votera également pour le nouveau président, ainsi que le Mexique aux élections générales. En Asie, les élections à Taiwan le 13 janvier présenteront un intérêt particulier : elles pourront en effet remodeler les relations avec la Chine sur l'île à un moment critique pour le pays, peuplé de 24 millions d'habitants. Le Parti démocrate progressiste indépendantiste conservera le contrôle de la présidence et du Parlement, selon les sondages. Parmi les premiers électeurs appelés aux urnes, il y aura ensuite ceux du Bangladesh (7 janvier) et du Pakistan (8 février), parmi les pays les plus peuplés du monde, mais en 2024 il y aura aussi des urnes en Mongolie et en Iran, l'un des pays les moins démocratiques. Des élections problématiques sont également attendues dans bon nombre des 16 pays africains qui seront appelés aux urnes au cours de l'année : du Sénégal, où les élections présidentielles sont prévues le 25 février, à l'Algérie, qui votera pour le nouveau président à la fin de l'année. l'année, au Mozambique, aux élections générales en Afrique du Sud.


Source AGI

5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page