top of page

1931-2022. Il y a 91 ans, Des femmes Duala se mirent debout contre l'exploitation coloniale français



Éték'a Dika et Ebokolo Kotto du canton Akwa. Balimba Mondo, Songa Makembé et Emma Nyaké Mbappou du canton Bell. Nsadi Mbappé Bwanga de Bonabéri. Yên Mbédi, Ewoudou Jemba et Etia Essaka de Deido en étaient les meneuses.


La crise économique qui sévissait dans le monde depuis 1929 avait également atteint le Cameroun sous Paul Marchand. Par un arrêté pris le 6 juillet 1930, il décida d'augmenter le taux de capitation et de l'étendre à toutes les femmes de la circonscription de Douala en 1931, même celles qui avaient été exemptées les années précédentes.


La protestation se fit d'abord sous la forme d'une lettre d'indignation qu'elles adressèrent à Marchand, le 31 janvier 1931, et à laquelle il ne répondit pas. Ensuite, elles s'organisèrent en association et refusèrent de s'acquitter de l'impôt de capitation. La réaction des autorités coloniales françaises fut d'user de menaces à l'endroit des différents acteurs de cette désobéissance fiscale (chefs, fonctionnaires, manifestantes indigènes).


Cette crise fut dénouée par la relaxe progressive des manifestantes et la création de l'Association des femmes du Wouri.


Joseph Tanga O.

33 vues1 commentaire

1 Comment


Combattantes avantgardistes face à l'occupation par un '' tuteur'' qui se prit au jeu plutôt de coloniser... Bravo les dames !

Like
bottom of page